Covoiturage | comment ces start-up utilisent t’elles les médias sociaux ?

start-up covoiturage medias sociauxSi vous aimez l’innovation qui va dans le bon sens, vous être sûrement attentifs à l’idée de vous déplacer autrement. Le covoiturage fait partie de ces nombreux services qui proposent des alternatives à la mobilité qui sent mauvais. Mais comment ces start-up, récentes par définition, utilisent t’elles les médias sociaux pour se développer ? Envisagent t’elles leur rapport avec leurs utilisateurs avec les mêmes modèles que des marques installées depuis longtemps où profitent t’elles des outils d’aujourd’hui pour envisager les choses complètement différemment ? Je vous propose d’ouvrir le sujet ici en allant faire un tour sur les comptes sociaux de quatre plus ou moins jeunes pousses : Carpooling, Coovia, Djumpin et Blablacar.

COVOITURAGE-CARPOOLINGD’emblé, Carpooling annonce la couleur sur sa page d’accueil. On n’est pas ici sur le site d’une grande multinationale qui a quelque chose à vendre (et vite) mais sur celle de « La plus grande communauté de covoiturage en Europe ». Les boutons de suivi des comptes sociaux sont relayés en bas de page. Pas étonnant, puisque le service incarne déjà l’expérience d’une communauté. Tour d’horizon des comptes sociaux de Carpooling :


COVOITURAGE-facebook-CARPOOLING-FACEBOOKAu premier coup d’oeil, grand étonnement de ma part. Beaucoup de fans, à priori recrutés organiquement (sans achat d’espace) vu le positionnement de la marque, et très très, mais alors très peu d’engagement. Mon sens aigu de l’analyse ^^ m’amène vite à comprendre que les pages sont géolocalisées et que le nombre de mentions j’aime correspond à l’ensemble de l’audience de Carpooling sur Facebook alors que les publications de la page france ne s’adressent qu’aux… français. Sans accès aux analytics du compte, il va être difficile d’avoir un aperçu du taux d’engagement réel de la page. Par contre, si l’on va sur la page allemande, l’engagement de l’audience est beaucoup plus rassurant.

COVOITURAGE-JUST-MARRIED
Notes à propos de l’éditorial et du CM france :

  • plutôt ludique
  • beaucoup d’offres commerciales
  • beaucoup de clins d’oeil à l’actualité
  • actualité de la marque
  • informations sur le service
  • bonnes pratiques respectées la plupart du temps
  • peu de transversalité (exemple proposer aux nombreux utilisateurs qui publient leurs demandes sur la page de le faire aussi sur le site)
  • peu d’identité visuelle
  • temps de réponse inférieur à 5 heures
  • 1 publication/semaine en moyenne

Audience totale facebook : 285 000 fans soit un peu plus de 7% du nombre total de membres du service.

 

COVOITURAGE-twitter-CARPOOLING-TWITTER

À propos de l’éditorial et du CM france sur Twitter :

COVOITURAGE-TWitter

Audience Carpooling Twitter : compte france 2 500 abonnés compte europe 3 700 abonnés compte uk 770 abonnés compte espagne 3 200 abonnés compte italie 1 800 abonnés Audience cumulée de Carpooling sur Twitter : 11 900 soit 0,29% du nombre total d’utilisateurs inscrits. GOOGLE-COVOITURAGE-CARPOOLING-GOOGLEÀ propos de l’éditorial et du CM france sur Google+ : offres commerciales infos sur le service certaines bonnes pratiques respectées pas d’engagement avec les abonnés 2 publications/mois Audience Carpooling Google+ : compte france 8 800 abonnés compte europe 266 abonnés compte uk 227 abonnés compte italie 194 abonnés compte espagne 129 abonnés compte pologne 113 abonnés Audience cumulée de Carpooling sur Google+ : 9 729 soit seulement 0,24% du nombre total des membres. COVOITURAGE-youtube-CARPOOLING-YOUTUBEÀ propos de l’éditorial et du CM france sur youtube :

Audience Carpooling Youtube :

Audience cumulée de Carpooling sur Youtube : 423 soit 0,02% du nombre total d’utilisateurs inscrits.

Débrief de poche à propos de Carpooling sur les médias sociaux : L’audience globale de Carpooling sur les médias sociaux, c’est une communauté de plus de 300 000 personnes qui représente un peu plus de 6% du nombre total de ses membres inscrits. J’ai posé la question au service de presse de savoir si Carpooling communiquait ailleurs que sur les réseaux sociaux. Pas dé réponse aujourd’hui mais à mon avis ça n’est pas le cas, sinon l’audience sur les réseaux sociaux serait plus grande.

Les questions que je me pose quand je regarde les comptes sociaux de Carpooling : Pourquoi ne pas être plus transversal dans les contenus en profitant de ce qui fonctionne dans certains pays pour le décliner dans d’autres ? Pourquoi ne pas développer un fil rouge éditoriale international dans lequel on donne une place au local ? Et pourquoi publier là où l’on n’a pas d’audience ? Pourquoi ne pas créer des partenariats avec des acteurs du même écosystème et qui ont trouvé le ton juste sur certaines plateformes ?

 

COVOITURAGE-COOVIAAvec un positionnement clairement énoncé de localisation sur Toulouse, Coovia ne se risque pas à la concurrence avec d’autres acteurs déjà bien établis comme Carpooling ou BlaBlaCar. Et Coovia précise encore son périmètre pour le cantonner aux déplacements domicile >< lieu de travail. Un nombre d’utilisateurs à priori bien inférieur à celui d’autres acteurs donc des objectifs d’audience surement moins ambitieux. Avant d’aller faire un tour sur les comptes sociaux de la marque, on remarque déjà des boutons de suivis et un blog clairement mis en avant sur la home du site :

COVOITURAGE-COOVIA

Du côté du blog, ça sent bon le vrai. On flaire tout de suite  que c’est l’équipe qui a initié ce projet qui met les mains dans le cambouis. Et, une fois passé le côté DIY, c’est vraiment réussi, le ton est très sympathique, les contenus sont pratiques et mettent bien en valeur l’usage « vertueux » du service. Ça me donnerait presque envie d’aller travailler à Toulouse. Cerise sur le blog, le petit lexique à l’usage des mobitaffeurs avec une vernaculaire fait maison bien vu.COVOITURAGE-COOVIA-FBSans étonnement, l’audience est …réduite. Mais au moins il n’y a pas de doutes sur la provenance des fans qui le sont vraiment puisque plusieurs publications ont un taux d’engagement pondéré de 18%.

COVOITURAGE-PLAN-CÀ propos de l’éditorial et du CM sur Facebook :

  • identité Do It Yourself
  • ouvert sur l’eco-mobilité
  • fun
  • aucune offre commerciale
  • actualité de la marque
  • informations sur le service
  • bonnes pratiques respectées la plupart du temps
  • temps de réponse inférieur à 5 heures
  • 2 à 3 publications/semaine

COVOITURAGE-COOVIA-TWITTERÀ propos de l’éditorial et du CM sur Twitter :

Audience Twitter : 431 abonnés

COVOITURAGE-COOVIA-GOOGLEÀ propos de l’éditorial et du CM sur Google+ :
idem Facebook

Audience Google+ : 6 abonnés

COVOITURAGE-COOVIA-YOUTUBEÀ propos de l’éditorial et du CM sur Youtube :

Audience Youtube : 4 abonnés et 2 000 vues

Débrief de poche à propos de Coovia sur les médias sociaux : L’audience totale de la marque sur les médias sociaux est d’environ 700 utilisateurs. Tout est produit en interne par les initiateurs du projet. Le ton est très sympathique et surtout, même si le mot est un peu galvaudé, authentique. Moi j’appelle ça du Truetelling et j’adore cet état d’esprit. Je suis persuadé que les utilisateurs aussi. Même si l’audience est extrêmement faible et l’engagement aléatoire, ce qui se passe sur ces comptes a du sens (mis à part Google+ peut-être car trop peu d’abonnés).

 

COVOITURAGE-DJUMPInitiée en Belgique, cette start-up saute une étape du covoiturage pour le simplifier avec une approche en temps réel. On ne programme pas son déplacement en amont mais juste quand on n’en a besoin avec une visibilité limpide des drivers à proximité. Un modèle proche des voitures avec chauffeur comme UBER mais sans cravate et avec la possibilité d’être tour à tour chauffeur et passager. L’appli et le site sont très soignés, avec une identité forte et complètement dans l’esprit des utilisateurs à qui ils s’adressent.

COVOITURAGE-DJUMP-BLOGDjump a un blog. Je le précise parce qu’il est enfoui dans le pied de page du site. Avec un contenu managé par Tumblr, tout le contenu est étonnamment publié en anglais pour un service qui tourne exclusivement à Bruxelles et Paris pour le moment. L’identité est toujours aussi forte et on y trouve en moyenne un article par mois, modérément partagé. Les commentaires sont fermés.

Une bonne raison pour djumper du côté des comptes sociaux et voir comment l’expérience communautaire se prolonge en périphérie du service :

COVOITURAGE-DJUMP-FBComme pour le site, le CM est en anglais alors que toute la communauté commente en français. On devine l’ambition mais comme vous le savez sûrement Facebook permet une gestion des comptes multi-langues assez avancée. Donc l’intérêt de publier en anglais ici m’échappe. Mais ce qui compte, c’est le résultat isnt’it ? Et là ils sont clairement au RDV puisque les taux d’engagements pondérés vont de 5 à 23% par publication. Chapeau (rose) bas.

À propos de l’éditorial et du CM sur Facebook :

COVOITURAGE-DJUMP-SEBASTIENAudience Facebook : 11 000 fans

COVOITURAGE-DJUMP-TWITTERÀ propos de l’éditorial et du CM sur Twitter :

 

COVOITURAGE-DJUMP-GOOGLESur Google+ aussi, on comprend tout de suite que l’on est chez Djump. Pour le reste, l’intention est plus floue avec un rythme de publications très aléatoire. Pourtant il commence à y avoir un semblant d’interaction. Avec 68 abonnés, je dirais que Djumpin est sur G+, sans y être vraiment.

 

COVOITURAGE-DJUMP-YOUTUBESur Youtube, un peu comme sur la page Google+, on sent qu’il y a des tentatives mais sans pouvoir ou vouloir aller plus loin. Le résultat : 8 abonnés et 2 000 vues cumulées.

Débrief de poche à propos de Djump sur les médias sociaux : malgré un site où la socialisation n’est pas au top, les comptes sociaux rassemblent une audience d’environ 14 000 utilisateurs soit près de 50% des membres de Djump. Une communauté engagée sur les médias sociaux et qui représente sûrement le meilleur porte-parole de cette nouvelle mobilité. Une conversation tirée à quatre épingles avec une identité irréprochable. Bémol subjectif par rapport au choix des langues et au tutoiement très cash dès le premier mail. Remarques d’un faux jeune sans doute.

 

COVOITURAGE-BLABLACAREn moins de 10 ans, BlaBlaCar a su rassembler plus de 10 millions de membres pour occuper aujourd’hui le haut du podium de ce marché encore récent. Avec une croissance de 200% par an, cette start-up « social native » semble s’organiser autour d’un modèle d’holacratie, À l’instar de Zappos, les valeurs affichées laissent une place à l’humain. La preuve par la reconnaissance avec le prix « Great Place to Work 2014 ».

Vous vous en doutez, BlaBlaCar a un blog. Avec en moyenne un article par semaine, on devine une ligne éditoriale qui se décline autour de BlaBlaCar avec la BlaBla Star, les BlaBla Quiz, le BlaBla Tour ou encore le BlaBla Day. On y trouve aussi de nombreux partenariats avec les festivals, quelques offres commerciales et l’actualité de la marque. Les partages sont modérés et les commentaires fermés. Direction les autres comptes sociaux pour voir si on y trouve davantage de BlaBlas :

COVOITURAGE-BLABLACAR-FACEBOOKAlors que Carpooling utilise une gestion des pages centralisée, BlaBlaCar segmente sa présence sur Facebook page par page. Merci à eux, ça va me faciliter la tâche pour regarder ça de plus près.

À propos de l’éditorial et du CM sur Facebook :

COVOITURAGE-LEPROF
Audience totale Facebook : 1 000 000 fans soit 10% des membres du service.

COVOITURAGE-BLABLACAR-TWITTERTrès orienté RH et SAV, @BlaBlaCar_FR compte 7 800 abonnés pour un ratio d’influence de 6,9. Une petite audience donc mais vraisemblablement attentive, même si les tweets sont peu relayés. Le CM est bien là avec un temps de réponse d’une heure en moyenne.

L’audience cumulée (tous comptes) de BlaBlaCar sur Twitter est de 21 750 abonnés soit 0,2 % des membres de BlaBlaCar.

COVOITURAGE-BLABLACAR-GOOGLEÀ son millier d’abonnés à sa page Google+, BlaBlaCar propose des jeux concours, des offres commerciales et l’actualité de la marque. Une publication par semaine en moyenne, une identité forte mais un CM absent.

Audience toutes pages confondues sur Google+ de 3 600 abonnés.

COVOITURAGE-BLABLACAR-YOUTUBEUne chaine unique qui compte plus de 450 abonnés et cumule 500 000 vues.

COVOITURAGE-BLABLACAR-PINTERESTUn compte générique avec moins de 300 abonnés.

Débrief de poche à propos de BlaBlaCar sur les médias sociaux : BlaBlaCar est un bel exemple de marque « Social Native » puisqu’elle investit les médias traditionnels bien après avoir constitué une communauté forte sur les réseaux sociaux. Un moyen sans doute d’élargir son audience avec un message plus authentique que créatif.

Pour toutes ces start-up qui développent un service autour d’un usage collaboratif, les médias sociaux sont l’épicentre de leur relation de confiance avec les utilisateurs. Un phénomène prémonitoire pour les grandes marques de demain ?

★ merci d’être passé par là ★

 




1 COMMENT

Weepil covoiturage2014-09-17 08:59:00

Bonjour, Bravo et merci pour ce billet très intéressant ! Comme vous nous l'avez gentiment proposé sur Twitter, on se permet se s'ajouter à votre liste ! weepil.fr est encore "petit" mais en pleine forme en tous cas ! Chez weepil, notre spécialité c'est le covoiturage régulier, domicile-travail notamment. Nous avons créé un outil gratuit de planification et de suivi de comptabilité entre conducteurs. En gros, on simplifie la vie des salariés le matin et le soir pour leurs trajets... Et entre les deux, tant qu'à faire, on essaie d'aider aussi, avec notre blog http://www.9h-18h.fr/ ! On y parle covoiturage, mais surtout, on donne tous nos (plus ou moins bons conseils) de survie au boulot ! Merci de nous avoir permis de nous exprimer, et longue route à votre blog ! L'équipe weepil.fr




LEAVE A REPLY

Your email address will not be published.


Comment


Name

Email

Url


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.